Bières allemandes et décret de pureté, gage de qualité ?

Marie de Maloan
par
Marie
Apr 21, 2016

Le décret sur la pureté de la bière en Allemagne fête ses 500 ans. A quoi correspond-il vraiment, et est-il toujours d'actualité plusieurs siècles après sa mise en application ?

Un peu d'histoire : la naissance du décret de pureté

Définition

Le Reinheitsgebot (ou en français "décret de pureté de la bière") est né le 23 avril 1516 en Allemagne. La loi avait pour but de limiter le nombre d'ingrédients autorisé dans la bière en Bavière. Les seuls ingrédients qui pouvaient être utilisés dans la bière étaient alors : l'orge, le houblon et l'eau. La levure n'était pas à l'époque considérée comme un ingrédient de la bière car encore inconnue.

Reproduction du décret de pureté de 1516
Reproduction du décret original de 1516

À partir de cette date, toute bière brassée en Bavière contenant un autre ingrédient que ces 3 derniers était illégale et pouvait être confisquée. 

En 1906, l'application du décret est généralisé à toute l'Allemagne.

En 1993, le décret est légèrement modifié. La levure est ajoutée à la liste des ingrédients autorisés. On peut aussi désormais utiliser des extraits de houblon à la place des cônes, ainsi qu'ajouter des stabilisants, des colorants et des arômes à la bière.

A partir de 2005, la vente de bières contenant d'autres ingrédients est légale, mais le produit ne doit pas être appelé "bière". Aujourd'hui encore, de nombreuses brasseries allemandes appliquent à la lettre le décret de pureté, à leurs yeux gage de qualité.

Objectifs

Les objectifs de ce décret étaient multiples.

L'un des premiers était de limiter l'utilisation d'autres céréales, telles que le blé ou le seigle, pour éviter la rupture. Ces céréales devaient servir à faire du pain, tandis que le malt était réservé à la bière.

Le second était de garantir une bière pure, de qualité. Cela permettait de se différencier des bières du Nord de l'Europe, qui elles contenaient régulièrement des additifs.

Les seuls ingrédients autorisés dans les bières allemandes

Conséquences

Suite à cette réglementation, de nombreuses brasseries ont mis clés sous la porte. Certains styles de bière (notamment les bières du Nord du pays, brassées avec des cerises) ont aussi disparu, laissant le marché allemand totalement dominé par la pilsner. D'autres variétés de bières, telles que les lambics ou les krieks, qui se sont fortement développées en Belgique, n'ont pas connu le même essor en Allemagne à cause de cette loi.

Les temps modernes : craft beer et décret de pureté

Les brasseurs modernes ajoutent souvent à leurs craft beers une dimension créative. Cette dernière peut être apportée en utilisant seulement les ingrédients autorisés par la loi de pureté, grâce à la sélection de malts, houblons et levures spécifiques.

Néanmoins, ils utilisent souvent des ingrédients supplémentaires, comme les fruits, le café, la vanille etc. pour créer des bières hors du commun.

De nombreux brasseurs ont donc un état d'esprit aux antipodes de la loi de pureté et de ses fidèles. C'est le cas des américains de chez Stone, qui viennent d'implanter leur brasserie européenne à Berlin. Ils célébreront eux aussi les 500 ans du décret... à leur façon. 

Ils tiendront samedi 23 au soir, dans leur bar à peine inauguré, une soirée anniversaire "limitée aux bières sans limite" pour fêter les bières créatives et de qualité, qui vont à l'encontre de la loi. Ils proposeront à la pression 26 bières (15 de brasseries allemandes et 11 des leurs) qui défient le décret de pureté. Au programme, bières contenant café, coriandre, vanille, piment etc., toutes certifiées de qualité.

La brasserie américaine Stone à Berlin

Je sais pas vous, mais nous on irait bien à Berlin le 23 avril...

LES DERNIERS ARTICLES
Auteur
Marie adore les bières houblonnées très aromatiques et les bières acides. Sa bière préférée est la Trolltunga, issue de la collaboration entre les brasseries Buxton et Lervig. Une sour IPA fruitée qui allie parfaitement acidité maîtrisée et houblon.